Votre compte

À quoi sert le Plan ?


Actuellement, la question de la légitimité et de l’efficacité de la planification reste plus que jamais posée. En France, et ce depuis la période de l’après-guerre, les Plans successifs de l’Éducation ambitionnent de faire du système éducatif la charnière du développement social et économique, en se fixant un double objectif : démocratiser l’éducation, mais aussi, équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre qualifiée. Tantôt largement plébiscitée et tantôt vivement dénigrée, la planification a-t-elle été à la mesure de ses ambitions ? Quelles ont été les modalités de cette planification et les conséquences de ce double choix pour le système éducatif et le marché de l’emploi ? Des prévisions exactes révèlent-elles nécessairement des choix optimaux ? Et la « légitimité » dont peut bénéficier un Plan suffit-elle à garantir son efficacité ? À travers une comparaison des flux réels et prévus d’élèves et d’étudiants dans les enseignements préscolaire et supérieur sur trois décennies (du 3e au 9e Plan), cet ouvrage tente d’évaluer les prévisions des Plans et les erreurs éventuelles qui en auraient résulté. Le Plan – en tant que texte, processus et méthodes d’action, mais aussi en tant que produit d’une institution au sein de laquelle s’expriment les rapports de force des différents groupes d’intérêt – est-il ce « catalyseur des potentialités » et le « reflet de l’utilité et de l’optimum collectifs » ? Cet ouvrage n’est pas une réfutation de la planification de l’éducation. II essaie de répondre, entre autres, à cette ultime question : la planification de l’éducation en France a-t-elle servi ou s’est-elle servie du système éducatif ?

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “À quoi sert le Plan ?”

Fiche technique

Résumé

Actuellement, la question de la légitimité et de l’efficacité de la planification reste plus que jamais posée. En France, et ce depuis la période de l’après-guerre, les Plans successifs de l’Éducation ambitionnent de faire du système éducatif la charnière du développement social et économique, en se fixant un double objectif : démocratiser l’éducation, mais aussi, équilibrer l’offre et la demande de main-d’œuvre qualifiée. Tantôt largement plébiscitée et tantôt vivement dénigrée, la planification a-t-elle été à la mesure de ses ambitions ? Quelles ont été les modalités de cette planification et les conséquences de ce double choix pour le système éducatif et le marché de l’emploi ? Des prévisions exactes révèlent-elles nécessairement des choix optimaux ? Et la « légitimité » dont peut bénéficier un Plan suffit-elle à garantir son efficacité ? À travers une comparaison des flux réels et prévus d’élèves et d’étudiants dans les enseignements préscolaire et supérieur sur trois décennies (du 3e au 9e Plan), cet ouvrage tente d’évaluer les prévisions des Plans et les erreurs éventuelles qui en auraient résulté. Le Plan – en tant que texte, processus et méthodes d’action, mais aussi en tant que produit d’une institution au sein de laquelle s’expriment les rapports de force des différents groupes d’intérêt – est-il ce « catalyseur des potentialités » et le « reflet de l’utilité et de l’optimum collectifs » ? Cet ouvrage n’est pas une réfutation de la planification de l’éducation. II essaie de répondre, entre autres, à cette ultime question : la planification de l’éducation en France a-t-elle servi ou s’est-elle servie du système éducatif ?

Biographie de Thérèse Fayez el-Hachem

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire