Votre compte

Black Hills


Au milieu du 19e siècle, aux États-Unis, l'avancée des colons blancs atteint la région des Black Hills et des grandes plaines.

Le soir de ses fiançailles, la jeune Emma London, issue de la bourgeoisie de Chicago, est enlevée par une bande de Sioux Lakotas. Emmenée de force au village indien, Emma y restera prisonnière durant près de huit mois : huit mois de révolte et de confrontation avec ses ravisseurs, mais aussi de découverte d'un peuple paradoxalement attachant, au cœur duquel naîtra un improbable amour.

Écartelée entre ses origines et une société qui la fascine, Emma va devoir choisir.

Ce choix ne se fera pas sans danger...

AVIS

"Un formidable coup de cœur. Une lecture dépaysante, pleine d’humanité et de noblesse des sentiments, qui pousse à la réflexion, qui fait réagir. Il y a des romans comme ça que l'on verrait bien adapté sur grand écran : celui-là en fait partie."

Blog "Marie-Nel Lit"

"Black Hills est un magnifique texte à la mémoire d'un peuple qui a encore des choses à nous apprendre, un historique légèrement romancé qui adoucit une dure réalité."

Blog "Chroniques livresques"

EXTRAIT 1

Ainsi, les Peaux-Rouges et les Visages pâles avaient cohabité durant des années, s’observant sans se rejeter, sans s’aimer non plus, même si quelques idylles de circonstances virent le jour entre des trappeurs et de jeunes squaws avides de nouveauté et peu rebutées par la crasse des blancs dont le manque d’hygiène stupéfiait les indigènes. Mais les arrivées de migrants s’intensifièrent avec les années. Après les trappeurs qui opéraient en petites bandes discrètes, des troupes plus nombreuses comprenant des femmes et des enfants traversèrent le territoire des Lakotas à bord de lourds chariots bâchés. Ceux-là ne faisaient que passer, gagnant les terres de l’ouest, mais ils firent fuir les bisons, source essentielle de la survie des indigènes, et souillèrent la terre sur leur passage.

EXTRAIT 2

22 Mai 1845.

D’abord, il y a la mazurka qui n’en finit pas, qui emplit le silence de la nuit. Et puis les lumières qui s’opposent à la nuit. Des chandeliers, nombreux, dans toutes les pièces. De loin, la grande bâtisse semble une île de clarté dans une mer d’obscurité. La bourgade aux maisons de bois dort partout sauf ici. Ce n’est pas là le quotidien de la prestigieuse demeure, cette nuit diffère des autres. Au son de la mazurka, James Bentley, le riche propriétaire, fête les fiançailles de son fils, David, et de la ravissante Emma London, fille de feu Edward London de Chicago. Emma est arrivée depuis quelques semaines, pour la circonstance et pour s’accoutumer à une région de l’ouest si différente de ce qu’elle connaît. Jusqu’à ce jour, la petite ville d’Oxfield ne représentait pour elle qu’un point sur la carte muette du centre des États, une parcelle de vie dans ce qu’elle considérait comme un désert lointain et vaguement exotique. À son arrivée, elle a malgré tout exprimé son éblouissement devant la majestueuse beauté des collines herbeuses et des montagnes au vert sombre, envoûtantes, qui ferment l’horizon.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Black Hills”

Fiche technique

Résumé

Au milieu du 19e siècle, aux États-Unis, l'avancée des colons blancs atteint la région des Black Hills et des grandes plaines.

Le soir de ses fiançailles, la jeune Emma London, issue de la bourgeoisie de Chicago, est enlevée par une bande de Sioux Lakotas. Emmenée de force au village indien, Emma y restera prisonnière durant près de huit mois : huit mois de révolte et de confrontation avec ses ravisseurs, mais aussi de découverte d'un peuple paradoxalement attachant, au cœur duquel naîtra un improbable amour.

Écartelée entre ses origines et une société qui la fascine, Emma va devoir choisir.

Ce choix ne se fera pas sans danger...

AVIS

"Un formidable coup de cœur. Une lecture dépaysante, pleine d’humanité et de noblesse des sentiments, qui pousse à la réflexion, qui fait réagir. Il y a des romans comme ça que l'on verrait bien adapté sur grand écran : celui-là en fait partie."

Blog "Marie-Nel Lit"

"Black Hills est un magnifique texte à la mémoire d'un peuple qui a encore des choses à nous apprendre, un historique légèrement romancé qui adoucit une dure réalité."

Blog "Chroniques livresques"

EXTRAIT 1

Ainsi, les Peaux-Rouges et les Visages pâles avaient cohabité durant des années, s’observant sans se rejeter, sans s’aimer non plus, même si quelques idylles de circonstances virent le jour entre des trappeurs et de jeunes squaws avides de nouveauté et peu rebutées par la crasse des blancs dont le manque d’hygiène stupéfiait les indigènes. Mais les arrivées de migrants s’intensifièrent avec les années. Après les trappeurs qui opéraient en petites bandes discrètes, des troupes plus nombreuses comprenant des femmes et des enfants traversèrent le territoire des Lakotas à bord de lourds chariots bâchés. Ceux-là ne faisaient que passer, gagnant les terres de l’ouest, mais ils firent fuir les bisons, source essentielle de la survie des indigènes, et souillèrent la terre sur leur passage.

EXTRAIT 2

22 Mai 1845.

D’abord, il y a la mazurka qui n’en finit pas, qui emplit le silence de la nuit. Et puis les lumières qui s’opposent à la nuit. Des chandeliers, nombreux, dans toutes les pièces. De loin, la grande bâtisse semble une île de clarté dans une mer d’obscurité. La bourgade aux maisons de bois dort partout sauf ici. Ce n’est pas là le quotidien de la prestigieuse demeure, cette nuit diffère des autres. Au son de la mazurka, James Bentley, le riche propriétaire, fête les fiançailles de son fils, David, et de la ravissante Emma London, fille de feu Edward London de Chicago. Emma est arrivée depuis quelques semaines, pour la circonstance et pour s’accoutumer à une région de l’ouest si différente de ce qu’elle connaît. Jusqu’à ce jour, la petite ville d’Oxfield ne représentait pour elle qu’un point sur la carte muette du centre des États, une parcelle de vie dans ce qu’elle considérait comme un désert lointain et vaguement exotique. À son arrivée, elle a malgré tout exprimé son éblouissement devant la majestueuse beauté des collines herbeuses et des montagnes au vert sombre, envoûtantes, qui ferment l’horizon.

Biographie de Christian Carlier

Marin au long cours, puis professeur dans un lycée maritime, Christian Carlier a gardé de ses voyages lointains un certain goût de l’aventure. Des infinis envoutants de l’Afrique à la froide beauté de l’Arctique, il s’est nourri de la splendeur du monde. Quoi de plus naturel, donc, que de vouloir écrire pour voyager encore. Dans son premier livre, « les 7 vents de la mer », il relate sous formes de nouvelles, les anecdotes les plus pittoresques de ses voyages maritimes.Un second ouvrage, « La ria » évoquera un autre genre d’aventure, celle du cœur et des grands sentiments. Avec « Black Hills », il associe le romantisme et l’histoire. L’histoire d’une Amérique quelque peu oubliée, celle de la conquête de l’ouest, avec une affection marquée pour les premiers habitants des grandes plaines.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire