Votre compte

Ça roule pour Bonape


Léon Bonape est un loup, un patron de choc de l’industrie poissonnière, qui ressemble trait pour trait à certain empereur des Français. À treize ans, le petit Léon poussait des diables sur le carreau des Halles avec un quignon de pain accroché à son jean. À trente-neuf ans, Bonape est milliardaire et règne sur Rungis et les autoroutes qui y conduisent. Il possède « Aigle-route », le plus important parc de camions poids-lourds-frigos de France. Il arbitre le marché national du poisson malgré les coups tordus de ses rivaux, les Pruche, les Langlois, les Laustrique (derrière lesquels se cachent des personnages historiques que chacun reconnaîtra). Invincible, il l’est doublement. Par sa formidable personnalité d’abord. Par son équipe de chauffeurs-routiers ensuite : Murat dit « le Chargeur », Bernadotte dit « la Gambette », Soult « le Dalmate » et les autres, une trentaine de gars musclés qui n’ont peur de rien, ni du Code de la route, ni de l’emploi de la clé à molette et à la rigueur de la barre à mine quand la concurrence se montre déloyale. Et justement, celle-ci franchit les limites imparties au grand commerce. De déloyale, elle devient franchement ignoble. Alors Bonape se fâche et la met KO. Après Trafalgar, Austerlitz. Et après Eylau, Tilsit ! Mais pour en arriver là, on se sera beaucoup flingué sur les routes de France et dans les parkings des Halles ; le pavillon de la Marée en est resté tout secoué, on en parle encore au large de Concarneau. Napoléon est-il pour autant, définitivement le maître ? Voire... Car Alexandre Ier, dit « Doumensky le milliardaire rouge », jette dans la balance l’or du Kremlin. Et tout ça, pour une malencontreuse histoire de fesses...

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Ça roule pour Bonape”

Fiche technique

Résumé

Léon Bonape est un loup, un patron de choc de l’industrie poissonnière, qui ressemble trait pour trait à certain empereur des Français. À treize ans, le petit Léon poussait des diables sur le carreau des Halles avec un quignon de pain accroché à son jean. À trente-neuf ans, Bonape est milliardaire et règne sur Rungis et les autoroutes qui y conduisent. Il possède « Aigle-route », le plus important parc de camions poids-lourds-frigos de France. Il arbitre le marché national du poisson malgré les coups tordus de ses rivaux, les Pruche, les Langlois, les Laustrique (derrière lesquels se cachent des personnages historiques que chacun reconnaîtra). Invincible, il l’est doublement. Par sa formidable personnalité d’abord. Par son équipe de chauffeurs-routiers ensuite : Murat dit « le Chargeur », Bernadotte dit « la Gambette », Soult « le Dalmate » et les autres, une trentaine de gars musclés qui n’ont peur de rien, ni du Code de la route, ni de l’emploi de la clé à molette et à la rigueur de la barre à mine quand la concurrence se montre déloyale. Et justement, celle-ci franchit les limites imparties au grand commerce. De déloyale, elle devient franchement ignoble. Alors Bonape se fâche et la met KO. Après Trafalgar, Austerlitz. Et après Eylau, Tilsit ! Mais pour en arriver là, on se sera beaucoup flingué sur les routes de France et dans les parkings des Halles ; le pavillon de la Marée en est resté tout secoué, on en parle encore au large de Concarneau. Napoléon est-il pour autant, définitivement le maître ? Voire... Car Alexandre Ier, dit « Doumensky le milliardaire rouge », jette dans la balance l’or du Kremlin. Et tout ça, pour une malencontreuse histoire de fesses...

Biographie d’Henri Viard

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire