Votre compte

Comment le langage est venu à l'homme


Que le langage soit venu à l’homme subitement, voilà ce qu’interdit de concevoir la neurobiologie du langage. L’apparition pleine et entière de cette faculté au sein de notre espèce a requis d’assez lourdes conditions biologiques qui ne furent certainement pas réunies en quelques dizaines de milliers d’années, c’est-à-dire d’un coup à l’échelle des temps paléontologiques. Il semble donc qu’il faille privilégier l’hypothèse d’un développement progressif de cette faculté le long de la lignée humaine, faculté dont d’autres êtres qu’Homo sapiens, par conséquent, ont détenu le germe, puis l’embryon. Mais comment documenter, et donc construire, ce récit, puisque le langage ne fossilise pas ? Devrait-on admettre que les origines du langage sont l’un de ces problèmes auxquels, selon la formule de Georges Louis Leclerc de Buffon, « il n’y a d’autre solution à donner que celle du fait même » ? Le langage est venu à l’homme, c’est un fait. Comment ? C’est un mystère. L’objet de cet ouvrage est de présenter les hypothèses émises à ce jour, ainsi que les données sur lesquelles elles s’appuient, dans plusieurs des disciplines où l’on s’applique à aborder les origines du langage selon des méthodes scientifiques ou dans un esprit scientifique.
 

Toutes les hypothèses présentées ici et mises en perspective impliquent l’idée d’une évolution du langage sur le très long terme, en en tirant les conséquences conceptuelles et théoriques.

Ce livre est classé dans les catégories :

16,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Comment le langage est venu à l'homme”

Fiche technique

Résumé

Que le langage soit venu à l’homme subitement, voilà ce qu’interdit de concevoir la neurobiologie du langage. L’apparition pleine et entière de cette faculté au sein de notre espèce a requis d’assez lourdes conditions biologiques qui ne furent certainement pas réunies en quelques dizaines de milliers d’années, c’est-à-dire d’un coup à l’échelle des temps paléontologiques. Il semble donc qu’il faille privilégier l’hypothèse d’un développement progressif de cette faculté le long de la lignée humaine, faculté dont d’autres êtres qu’Homo sapiens, par conséquent, ont détenu le germe, puis l’embryon. Mais comment documenter, et donc construire, ce récit, puisque le langage ne fossilise pas ? Devrait-on admettre que les origines du langage sont l’un de ces problèmes auxquels, selon la formule de Georges Louis Leclerc de Buffon, « il n’y a d’autre solution à donner que celle du fait même » ? Le langage est venu à l’homme, c’est un fait. Comment ? C’est un mystère. L’objet de cet ouvrage est de présenter les hypothèses émises à ce jour, ainsi que les données sur lesquelles elles s’appuient, dans plusieurs des disciplines où l’on s’applique à aborder les origines du langage selon des méthodes scientifiques ou dans un esprit scientifique.
 

Toutes les hypothèses présentées ici et mises en perspective impliquent l’idée d’une évolution du langage sur le très long terme, en en tirant les conséquences conceptuelles et théoriques.

Biographie de Jean-Marie Hombert

Linguiste, Jean-Marie Hombert est directeur du programme interdisciplinaire Origine de l'homme, du langage et des langues" au CNRS. Il a coordonné l'ouvrage collectif Aux origines des langues et du langage (Fayard, 2005) et co-dirigé Coeur d'Afrique, Gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul Du Chaillu (CNRS éditions, 2007).Photo : © Valérie Ménard / Opale" Gérard Lenclud est directeur de recherche honoraire au CNRS, laboratoire d’Anthropologie sociale. Parmi ses principaux domaines de recherche figurent l’épistémologie de l’anthropologie et les relations entre histoire et anthropologie. Il a notamment publié L’Universalisme ou le Pari de la raison : anthropologie, histoire, psychologie, Le Seuil/EHESS/Gallimard, 2013.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire