Votre compte

Dans les limbes


Dernière était au coin de la basse maison - Tout rouge -- la tuile et la brique y fourmillent - (Vis-à-vis le gazon bordé de camomille) - Qui sert de local à des services divers. - Là l'heure ayant sonné de son timbre pervers, - Nous enjoignant de nous séparer tout de suite, - Hélas ! avant qu'hélas ! tu ne prennes la fuite, - Je t'embrassais si fort que toi tu ne pouvais - T'empêcher de rire aux éclats, et ne savais - Pour lors me refuser un baiser sur la bouche, - Un gros, frais, long baiser partagé, puis, farouche - Pour la forme --- c'était presque en public, des yeux - Pouvaient nous voir, en malins, ou pics, officieux, - Des langues bavardes, et quel scandale ! et leste, - Cruellement, tu me quittais, instant céleste - Et diabolique, avec ces mots : « Je ne viens plus. » - Car, sachant bien que tu viendrais, irrésolus - Toutefois, mes désirs fous tantôt ivres d'ire - Et de larmes, tantôt pleins d'espoir à ton dire, - Se souvenant de la chère intonation - Et de la gentiment taquine intention, - Me balançaient dans une fausse inquiétude, - Jusqu'au lendemain, tendre amie au verbe rude.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Dans les limbes”

Fiche technique

  • Auteur : Paul Verlaine
  • Éditeur : Bibebook
  • Date de parution : 09/03/13
  • EAN : 9782824711614
  • Format : Multi-format
  • Protection : NC

Résumé

Dernière était au coin de la basse maison - Tout rouge -- la tuile et la brique y fourmillent - (Vis-à-vis le gazon bordé de camomille) - Qui sert de local à des services divers. - Là l'heure ayant sonné de son timbre pervers, - Nous enjoignant de nous séparer tout de suite, - Hélas ! avant qu'hélas ! tu ne prennes la fuite, - Je t'embrassais si fort que toi tu ne pouvais - T'empêcher de rire aux éclats, et ne savais - Pour lors me refuser un baiser sur la bouche, - Un gros, frais, long baiser partagé, puis, farouche - Pour la forme --- c'était presque en public, des yeux - Pouvaient nous voir, en malins, ou pics, officieux, - Des langues bavardes, et quel scandale ! et leste, - Cruellement, tu me quittais, instant céleste - Et diabolique, avec ces mots : « Je ne viens plus. » - Car, sachant bien que tu viendrais, irrésolus - Toutefois, mes désirs fous tantôt ivres d'ire - Et de larmes, tantôt pleins d'espoir à ton dire, - Se souvenant de la chère intonation - Et de la gentiment taquine intention, - Me balançaient dans une fausse inquiétude, - Jusqu'au lendemain, tendre amie au verbe rude.

Biographie de Paul Verlaine

Paul Verlaine est poète.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire