Votre compte

De la distanciation en histoire


Dans un style élégant doublé d'un grand souci de vulgarisation, ce livre consigne les réflexions d'un historien de la vie intellectuelle sur sa pratique et sur les façons d'écrire l'histoire. Il montre que la distanciation nécessaire à son métier n'est pas seulement affaire d'éloignement dans le temps, mais que la médiation qui s'opère avec l'objet de sa recherche fait intervenir chaque fois des considérations formelles, sentimentales et idéologiques. Tout en rendant compte de façons nouvelles de pratiquer l'histoire à trois époques différentes - autour de 1500, de la chronique médiévale à Machiavel et Guichardin; autour de 1800m des Lumières à l'historicisme du XIXe siècle; et autour de 1968, avec l'intégration des affects et des sentiments - , et sans prétendre constituer une histoire de l'historiographie, mais en en livrant les principales balises, l'auteur se penche notamment sur les usages de l'histoire en littérature, en peinture, et en muséologie. Parce qu'il soulève plusieurs questions d'intérêt général, cet essai intéressera non seulement les historiens, professeurs et étudiants, mais également le grand public féru de culture.

Ce livre est classé dans les catégories :

24,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “De la distanciation en histoire”

Fiche technique

Résumé

Dans un style élégant doublé d'un grand souci de vulgarisation, ce livre consigne les réflexions d'un historien de la vie intellectuelle sur sa pratique et sur les façons d'écrire l'histoire. Il montre que la distanciation nécessaire à son métier n'est pas seulement affaire d'éloignement dans le temps, mais que la médiation qui s'opère avec l'objet de sa recherche fait intervenir chaque fois des considérations formelles, sentimentales et idéologiques. Tout en rendant compte de façons nouvelles de pratiquer l'histoire à trois époques différentes - autour de 1500, de la chronique médiévale à Machiavel et Guichardin; autour de 1800m des Lumières à l'historicisme du XIXe siècle; et autour de 1968, avec l'intégration des affects et des sentiments - , et sans prétendre constituer une histoire de l'historiographie, mais en en livrant les principales balises, l'auteur se penche notamment sur les usages de l'histoire en littérature, en peinture, et en muséologie. Parce qu'il soulève plusieurs questions d'intérêt général, cet essai intéressera non seulement les historiens, professeurs et étudiants, mais également le grand public féru de culture.

Biographie de Mark Salber Phillips

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire