Votre compte

Des enfants sans histoire


“Je constate que les personnalités éminentes consultées sont toutes d’accord — ou à peu près — sur l’origine du mal. Elles le sont moins sur les leçons à en tirer. Je trouve d’ailleurs cela fort bien. Il serait fâcheux que triomphe une opinion moyenne et par là moutonnière. C’est précisément d’un débat ouvert — et il l’est largement — que naîtront les solutions urgentes que l’opinion réclame. Nous n’avons pas changé : nous aimons que l’on nous raconte des histoires. Celles-ci réunies font l’Histoire. On a cru pouvoir, trop longtemps, opposer Histoire traditionnelle et nouvelle Histoire. Aujourd’hui, et c’est tant mieux, la hache de guerre est enterrée. On s’est aperçu que l’une et l’autre sont complémentaires, ceci pour le plus grand bonheur de nos contemporains. Que les pédagogues chargés de refondre les programmes de nos collèges et de nos lycées veuillent bien ne pas l’oublier. À ceux qui ne comprennent pas la passion pour l’Histoire, je dirai ceci : s’il advenait que, par l’effet de quelque cataclysme, nous soyons privés de toute référence au passé, si nous en arrivions à ignorer tout ce qui s’est déroulé avant nous, que serions-nous, sinon des orphelins ?”

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Des enfants sans histoire”

Fiche technique

Résumé

“Je constate que les personnalités éminentes consultées sont toutes d’accord — ou à peu près — sur l’origine du mal. Elles le sont moins sur les leçons à en tirer. Je trouve d’ailleurs cela fort bien. Il serait fâcheux que triomphe une opinion moyenne et par là moutonnière. C’est précisément d’un débat ouvert — et il l’est largement — que naîtront les solutions urgentes que l’opinion réclame. Nous n’avons pas changé : nous aimons que l’on nous raconte des histoires. Celles-ci réunies font l’Histoire. On a cru pouvoir, trop longtemps, opposer Histoire traditionnelle et nouvelle Histoire. Aujourd’hui, et c’est tant mieux, la hache de guerre est enterrée. On s’est aperçu que l’une et l’autre sont complémentaires, ceci pour le plus grand bonheur de nos contemporains. Que les pédagogues chargés de refondre les programmes de nos collèges et de nos lycées veuillent bien ne pas l’oublier. À ceux qui ne comprennent pas la passion pour l’Histoire, je dirai ceci : s’il advenait que, par l’effet de quelque cataclysme, nous soyons privés de toute référence au passé, si nous en arrivions à ignorer tout ce qui s’est déroulé avant nous, que serions-nous, sinon des orphelins ?”

Biographie d’André Castelot

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire