Votre compte

Écrits sur l’art


Huysmans a publié trois ouvrages de critique d’art : L’Art moderne (1883), Certains (1889) et Trois Primitifs (1905), composés à partir d’articles parus dans la presse. Après s’être essayé, dans L’Art moderne, au compte rendu de la visite des salons officiels et des expositions impressionnistes, il propose, dans Certains, l’inventaire de ses goûts personnels, en s’attachant à l’étude de peintres – Pierre Puvis de Chavannes, Gustave Moreau, Odilon Redon, Félicien Rops… – et de thèmes particuliers : « Le fer », « Le monstre », etc. Dans Trois Primitifs, enfin, il s’attarde sur des artistes jusque-là négligés : constitué d’une monographie de Grünewald et du récit de la visite de l’Institut Staedel de Francfort, ce texte apparaît comme un retour sur l’origine même de son intérêt pour les arts plastiques. Souvent ironiques et pleins de verve, ces écrits présentent un double intérêt : outre qu’on y découvre les peintres de prédilection de Huysmans – de Degas à Caillebotte, en passant par Renoir, Monet et Hokusai –, ils éclairent aussi, par ricochet, ses romans et la fonction singulière qu’y assument les œuvres d’art.

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Écrits sur l’art”

Fiche technique

Résumé

Huysmans a publié trois ouvrages de critique d’art : L’Art moderne (1883), Certains (1889) et Trois Primitifs (1905), composés à partir d’articles parus dans la presse. Après s’être essayé, dans L’Art moderne, au compte rendu de la visite des salons officiels et des expositions impressionnistes, il propose, dans Certains, l’inventaire de ses goûts personnels, en s’attachant à l’étude de peintres – Pierre Puvis de Chavannes, Gustave Moreau, Odilon Redon, Félicien Rops… – et de thèmes particuliers : « Le fer », « Le monstre », etc. Dans Trois Primitifs, enfin, il s’attarde sur des artistes jusque-là négligés : constitué d’une monographie de Grünewald et du récit de la visite de l’Institut Staedel de Francfort, ce texte apparaît comme un retour sur l’origine même de son intérêt pour les arts plastiques. Souvent ironiques et pleins de verve, ces écrits présentent un double intérêt : outre qu’on y découvre les peintres de prédilection de Huysmans – de Degas à Caillebotte, en passant par Renoir, Monet et Hokusai –, ils éclairent aussi, par ricochet, ses romans et la fonction singulière qu’y assument les œuvres d’art.

Biographie de Joris-Karl Huysmans

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire