Votre compte

Fémin Masculin


L'affaire Weinstein, plus qu'un simple épisode dans un mouvement d'ensemble allant vers
l'égalité des hommes et des femmes, n'indique-t-elle pas une accélération formidable de
la mutation profonde inaugurée à la fin des années 60, un changement de plus en plus net
de type de société, le passage à une nouvelle culture et peut-être même une rupture anthropologique
dans laquelle l'humanité elle-même se transforme ?
Aujourd'hui, masculinité et féminité dessinent un système inédit : la sexualité, l'amour,
la famille, la procréation, la place relative des hommes et des femmes dans l'emploi, dans
le travail, les études. L'image d'un monde où n'existeraient que deux genres, ou deux
sexes est mise en cause, on s'inquiète de la " confusion des sexes ", on demande :
" Combien de sexes ?", on s'intéresse aux " queers ", à l'intersexualité, aux " trans ".
La question n'est pas propre aux seules sociétés occidentales. Elle se pose dans l'art, dans
le cinéma, dans la littérature, suggérant l'idée d'une tension dans la sexualité, entre nature
et culture.
Cette mutation relève de causes nombreuses : maîtrise médicale de la procréation, poussée
de l'individualisme, qui a mis en cause l'autorité et dissout la légitimité de la domination
masculine, changements dans les modes d'organisation du travail, etc. Surtout, elle doit
beaucoup à des acteurs, et plutôt des actrices. Mais qu'est devenu le féminisme ?
Le mouvement d'ensemble vers plus d'égalité n'exclut pas des oscillations, et ne doit pas
masquer d'importantes différences et variations d'un pays, d'une époque, d'un secteur de
la société à d'autres. Ainsi, on trouve proportionnellement peu de femmes dans l'univers
économique du numérique, et il existe de fortes variations dans le monde entre hommes
et femmes dans le choix de filières scientifiques ou littéraires pour les études.
La mutation du rapport féminin/masculin suscite parfois un malaise dans la condition masculine
et dans la virilité. Elle ne met pas fin, ou pas nécessairement, aux rôles sociaux,
simplement, ceux-ci évoluent, par exemple dans ce qui touche à la vie et à la mort, à l'enfantement,
à la procréation et à la sexualité. De même, les institutions évoluent - ainsi, le
Grand Orient de France, jusque-là fermé aux femmes, a été ébranlé par le changement de
sexe d'un de ses dirigeants devenu femme. La religion ne dicte plus comme par le passé
ce que doit être le couple féminin/masculin, et, de là, ce que devrait être le bon fonctionnement
de l'organisation sociale, mais là aussi, des tendances opposées peuvent contrecarrer
l'évolution générale, on le voit notamment au sein de l'islam.
Les préoccupations éthiques deviennent pressantes, le droit évolue, de grandes questions
philosophiques sont posées, ou reposées à propos par exemple du principe de dualité des
sexes, et de l'égalité : l'édition 2018 des Entretiens d'Auxerre examine ces enjeux avec,
comme toujours, le souci de la rigueur et de l'ouverture d'esprit.

Ce livre est classé dans les catégories :

16,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Fémin Masculin”

Fiche technique

Résumé

L'affaire Weinstein, plus qu'un simple épisode dans un mouvement d'ensemble allant vers
l'égalité des hommes et des femmes, n'indique-t-elle pas une accélération formidable de
la mutation profonde inaugurée à la fin des années 60, un changement de plus en plus net
de type de société, le passage à une nouvelle culture et peut-être même une rupture anthropologique
dans laquelle l'humanité elle-même se transforme ?
Aujourd'hui, masculinité et féminité dessinent un système inédit : la sexualité, l'amour,
la famille, la procréation, la place relative des hommes et des femmes dans l'emploi, dans
le travail, les études. L'image d'un monde où n'existeraient que deux genres, ou deux
sexes est mise en cause, on s'inquiète de la " confusion des sexes ", on demande :
" Combien de sexes ?", on s'intéresse aux " queers ", à l'intersexualité, aux " trans ".
La question n'est pas propre aux seules sociétés occidentales. Elle se pose dans l'art, dans
le cinéma, dans la littérature, suggérant l'idée d'une tension dans la sexualité, entre nature
et culture.
Cette mutation relève de causes nombreuses : maîtrise médicale de la procréation, poussée
de l'individualisme, qui a mis en cause l'autorité et dissout la légitimité de la domination
masculine, changements dans les modes d'organisation du travail, etc. Surtout, elle doit
beaucoup à des acteurs, et plutôt des actrices. Mais qu'est devenu le féminisme ?
Le mouvement d'ensemble vers plus d'égalité n'exclut pas des oscillations, et ne doit pas
masquer d'importantes différences et variations d'un pays, d'une époque, d'un secteur de
la société à d'autres. Ainsi, on trouve proportionnellement peu de femmes dans l'univers
économique du numérique, et il existe de fortes variations dans le monde entre hommes
et femmes dans le choix de filières scientifiques ou littéraires pour les études.
La mutation du rapport féminin/masculin suscite parfois un malaise dans la condition masculine
et dans la virilité. Elle ne met pas fin, ou pas nécessairement, aux rôles sociaux,
simplement, ceux-ci évoluent, par exemple dans ce qui touche à la vie et à la mort, à l'enfantement,
à la procréation et à la sexualité. De même, les institutions évoluent - ainsi, le
Grand Orient de France, jusque-là fermé aux femmes, a été ébranlé par le changement de
sexe d'un de ses dirigeants devenu femme. La religion ne dicte plus comme par le passé
ce que doit être le couple féminin/masculin, et, de là, ce que devrait être le bon fonctionnement
de l'organisation sociale, mais là aussi, des tendances opposées peuvent contrecarrer
l'évolution générale, on le voit notamment au sein de l'islam.
Les préoccupations éthiques deviennent pressantes, le droit évolue, de grandes questions
philosophiques sont posées, ou reposées à propos par exemple du principe de dualité des
sexes, et de l'égalité : l'édition 2018 des Entretiens d'Auxerre examine ces enjeux avec,
comme toujours, le souci de la rigueur et de l'ouverture d'esprit.

Biographie de Michel Wieviorka

Michel Wieviorka : Sociologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme et directeur scientifique des Entretiens d’Auxerre.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire