Votre compte

Intuition et idéalités


Existe-t-il des objets mathématiques idéaux (« idéalités ») qui réaliseraient les significations, ainsi qu’une forme d’intuition qui les donnerait, comme le fait la perception pour les objets sensibles ? La phénoménologie husserlienne avait tracé un parallèle entre les différents types d’intuition : perception sensible, intuition d’une essence sensible, idéalisation et intuition catégoriale (purement formelle) ; de cette dernière, Husserl a démontré l’existence sans jamais en exhiber les structures. L’objet de cet ouvrage est de mettre en question ce parallélisme entre l’intuition des idéalités et la perception sensible, de pluraliser la notion d’intuition catégoriale (chaque couche de sens de la logique impliquant une forme d’évidence spécifique), et surtout, de substituer à la notion d’intuition celle de remplissement catégorial – analyse polymorphe et gain en intelligibilité, qui possède une structure en abîme et ne quitte jamais le plan des significations pour atteindre celui des objets.

Ce livre est classé dans les catégories :

21,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Intuition et idéalités”

Fiche technique

Résumé

Existe-t-il des objets mathématiques idéaux (« idéalités ») qui réaliseraient les significations, ainsi qu’une forme d’intuition qui les donnerait, comme le fait la perception pour les objets sensibles ? La phénoménologie husserlienne avait tracé un parallèle entre les différents types d’intuition : perception sensible, intuition d’une essence sensible, idéalisation et intuition catégoriale (purement formelle) ; de cette dernière, Husserl a démontré l’existence sans jamais en exhiber les structures. L’objet de cet ouvrage est de mettre en question ce parallélisme entre l’intuition des idéalités et la perception sensible, de pluraliser la notion d’intuition catégoriale (chaque couche de sens de la logique impliquant une forme d’évidence spécifique), et surtout, de substituer à la notion d’intuition celle de remplissement catégorial – analyse polymorphe et gain en intelligibilité, qui possède une structure en abîme et ne quitte jamais le plan des significations pour atteindre celui des objets.

Biographie de Dominique Pradelle

Dans Par-delà la révolution copernicienne, l’auteur avait pris pour fil conducteur la critique husserlienne de la révolution copernicienne de Kant : si, pour ce dernier, l’être des objets se règle sur les structures a priori du sujet transcendantal, c’est en phénoménologie, à l’inverse, chaque catégorie essentielle d’objets qui prescrit en miroir une structure régulatrice du sujet constituant. Le présent ouvrage prolonge cette démarche : car loin que le système des objets soit clos une fois pour toutes, la sphère des objets culturels et idéaux est au contraire en perpétuel devenir ; cela n’implique-t-il pas, du côté du sujet, une plasticité et une relativité historiques de son essence et de ses facultés ? En outre, si l’on considère les structures de la raison scientifique, on doit avec Husserl faire le constat qu’elles sont privées de permanence anhistorique et que l’histoire est scandée par des coupures épistémologiques où se redéfinissent le style de la rationalité et les catégories de la raison scientifique. Quelle est l’instance qui produit de telles mutations de la rationalité ? Est-ce le sujet transcendantal, ou bien une dimension a-subjective plus originaire que le sujet lui-même ?

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire