Votre compte

L'Opium des intellectuels


Paru en 1955, L'Opium des intellectuels est une condamnation sans appel de la crédulité teintée de mauvaise foi et du dogmatisme dans lesquels se drape l'intelligentsia française de l'époque.
Raymond Aron interroge avec la plus süre probité intellectuelle l'évolution des mots "gauche", "révolution" et "prolétariat", ces mots qui appartiennent au mythe qu'il désacralise.
Car, questionne Raymond Aron, comment accpeter l'attitude des intellectuels devenus impitoyables face aux défaillances des démocraties dites "bourgeoises", et pourtant si complaisants pour les crimes perpétrés par les démocraties "populaires", comment ne pas saisir l'absurdité des amalgames politico-idéologiques qui ne font qu'aliéner un peu plus des intellectuels en quête de religion, idolâtrant l'Histoire comme on idolâtre un dieu ?
En rupture avec la famille dont il est originaire, Raymond Aron ne se livre pas pour autant à un règlement de compte stérile. Il propose une réflexion dépassionnée, un combat sans haine, invitant à le suivre "tous ceux qui refusent dans les luttes du Forum, le secret de la destination humaine".

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “L'Opium des intellectuels”

Fiche technique

  • Auteur : Raymond Aron
  • Éditeur : Calmann-Lévy
  • Date de parution : 09/04/04
  • EAN : 9782702145241
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 336
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Paru en 1955, L'Opium des intellectuels est une condamnation sans appel de la crédulité teintée de mauvaise foi et du dogmatisme dans lesquels se drape l'intelligentsia française de l'époque.
Raymond Aron interroge avec la plus süre probité intellectuelle l'évolution des mots "gauche", "révolution" et "prolétariat", ces mots qui appartiennent au mythe qu'il désacralise.
Car, questionne Raymond Aron, comment accpeter l'attitude des intellectuels devenus impitoyables face aux défaillances des démocraties dites "bourgeoises", et pourtant si complaisants pour les crimes perpétrés par les démocraties "populaires", comment ne pas saisir l'absurdité des amalgames politico-idéologiques qui ne font qu'aliéner un peu plus des intellectuels en quête de religion, idolâtrant l'Histoire comme on idolâtre un dieu ?
En rupture avec la famille dont il est originaire, Raymond Aron ne se livre pas pour autant à un règlement de compte stérile. Il propose une réflexion dépassionnée, un combat sans haine, invitant à le suivre "tous ceux qui refusent dans les luttes du Forum, le secret de la destination humaine".

Biographie de Raymond Aron

Né à Paris en 1905, mort en 1983, Raymond Aron, fut le condisciple de Jean-Paul Sartre et Paul Nizan à l’École normale supérieure. Agrégé de philosophie, Docteur ès lettres, il fut Professeur à l’ISP et à l’ENA, professeur de sociologie à la Sorbonne, directeur d’études à l’EPHE et professeur au Collège de France. Sa carrière journalistique débuta en 1940, lorsqu’il assure la rédaction en chef de France Libre à Londres. Il fut ensuite éditorialiste à Combat, puis au Figaro, avant d’entrer à L’Express.  De son premier ouvrage, paru en 1935, à ses Mémoires, son œuvre immense a marqué toute une époque.


 

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire