Votre compte

La clique dorée


Melle Henriette, fille du comte de la Ville-Handry, est sauvée in-extrémis du suicide par le père Ravinet, brocanteur de son état. «Trop fière pour se plaindre, isolée par les pudeurs de la pauvreté, la malheureuse qui gisait là avait du subir bien des angoisses. Ainsi pensait le père Ravinet, quand une feuille de papier sur la commode attira ses regards. Il la prit. C'était comme le testament de la pauvre fille. Qu'on n'accuse personne. Je meurs volontairement. Je prie Mme Chevassat de porter à leur adresse les lettres jointes. Henriette.» Touché par son malheur, il décide de l'aider à retrouver fortune, honneur et amour et de châtier les escrocs qui cherchent à la dépouiller... Extrait : Et voyant que je restais tout interloqué, il m'explique qu'il loue ça pour y établir une jeune personne de province à laquelle il s'intéresse et que même la location et les quittances doivent être au nom de cette personne qui est donc mademoiselle Henriette. Cela se comprenait, n'est-ce pas ? Néanmoins, comme il était du devoir de mon état de m'informer de cette demoiselle, je m'informe, toujours poliment. Mais lui m'envoie promener, me disant qu'il n'a pas de comptes à me rendre et qu'il va envoyer des meubles pour garnir la chambre...

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La clique dorée”

Fiche technique

  • Auteur : Émile Gaboriau
  • Éditeur : Bibebook
  • Date de parution : 14/03/13
  • EAN : 9782824702223
  • Format : Multi-format
  • Protection : NC

Résumé

Melle Henriette, fille du comte de la Ville-Handry, est sauvée in-extrémis du suicide par le père Ravinet, brocanteur de son état. «Trop fière pour se plaindre, isolée par les pudeurs de la pauvreté, la malheureuse qui gisait là avait du subir bien des angoisses. Ainsi pensait le père Ravinet, quand une feuille de papier sur la commode attira ses regards. Il la prit. C'était comme le testament de la pauvre fille. Qu'on n'accuse personne. Je meurs volontairement. Je prie Mme Chevassat de porter à leur adresse les lettres jointes. Henriette.» Touché par son malheur, il décide de l'aider à retrouver fortune, honneur et amour et de châtier les escrocs qui cherchent à la dépouiller... Extrait : Et voyant que je restais tout interloqué, il m'explique qu'il loue ça pour y établir une jeune personne de province à laquelle il s'intéresse et que même la location et les quittances doivent être au nom de cette personne qui est donc mademoiselle Henriette. Cela se comprenait, n'est-ce pas ? Néanmoins, comme il était du devoir de mon état de m'informer de cette demoiselle, je m'informe, toujours poliment. Mais lui m'envoie promener, me disant qu'il n'a pas de comptes à me rendre et qu'il va envoyer des meubles pour garnir la chambre...

Biographie de Émile Gaboriau

Père du roman policier, Émile Gaboriau exerça divers métiers : clerc d'avoué, hussard en Afrique, chef d'écurie. Il s'engagea dans la cavalerie pour sept ans mais résilia son contrat rapidement pour gagner Paris où il écrivit des chroniques pour gagner sa vie. Il devint le secrétaire de Paul Féval avec qui il découvrit le journalisme. Dès les années 1860, les journaux se l'arrachent.

Son premier roman, L'affaire Lerouge (1866) connut un immense succès. On y voit l'apparition de Lecoq, agent de la sécurité qui deviendra un commissaire célèbre. Ce personnage inspira Conan Doyle, comme modèle du détective ingénieux qui résout des énigmes par ses capacités déductives hors normes. Après le succès de L'Affaire Lerouge, il travailla comme feuilletoniste au Petit Journal. En 1872, il montera avec Jules-Émile-Baptiste Holstein un drame théâtral tiré de L'Affaire Lerouge. Monsieur Lecoq fut adapté au cinéma par Maurice Tourneur en 1914. Le roman de Gaboriau a aussi été porté au petit écran dans une adaptation titrée Monsieur Lecoq qui fut diffusée par la Société Radio-Canada en 1964 et 1965.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire