Votre compte

La cloche thibétaine


1931. Sur l’initiative d’André Citroën est lancée « l’expédition française Centre-Asie », la fameuse «  Croisière jaune  ». De Beyrouth à Pékin, les autochenilles Citroën parcourent plus de 12 000 kilomètres. A leur tête, Georges-Marie Haardt, qui a déjà mené à bien en 1924 la non moins célèbre «  Croisière noire  ». De cet exploit authentique, qui a fait date dans l’histoire de l’automobile, Henri Viard s’est inspiré pour le feuilleton de télévision « La cloche thibétaine » (1ère chaîne) et pour le roman que nous publions aujourd’hui. Il s’agit bien sûr d’un livre de fiction, mais une fiction qui n’exagère nullement — même si elle les romance — les difficultés qu’ont dû surmonter Haardt et ses compagnons. Aux obstacles naturels, à la chaîne de l’Himalaya, au désert de Gobi, se sont ajoutés les obstacles humains ou politiques : pillards arabes, bandits mongols, « irréguliers » chinois, tribus du Sin-Kiang en révolte, peuplades non contrôlées. Les rebondissements se succèdent, les pires difficultés sont vaincues une à une, par la ténacité, par l’endurance, parfois par la ruse. « La cloche thibétaine », c’est une aventure digne de Jules Verne, où le comique côtoie le tragique. C’est l’exploration d’immenses territoires encore mal connus à l’époque, c’est le triomphe des techniques nouvelles et de l’ingéniosité de ceux qui les emploient, c’est surtout le combat victorieux d’une poignée d’hommes contre l’adversité.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La cloche thibétaine”

Fiche technique

Résumé

1931. Sur l’initiative d’André Citroën est lancée « l’expédition française Centre-Asie », la fameuse «  Croisière jaune  ». De Beyrouth à Pékin, les autochenilles Citroën parcourent plus de 12 000 kilomètres. A leur tête, Georges-Marie Haardt, qui a déjà mené à bien en 1924 la non moins célèbre «  Croisière noire  ». De cet exploit authentique, qui a fait date dans l’histoire de l’automobile, Henri Viard s’est inspiré pour le feuilleton de télévision « La cloche thibétaine » (1ère chaîne) et pour le roman que nous publions aujourd’hui. Il s’agit bien sûr d’un livre de fiction, mais une fiction qui n’exagère nullement — même si elle les romance — les difficultés qu’ont dû surmonter Haardt et ses compagnons. Aux obstacles naturels, à la chaîne de l’Himalaya, au désert de Gobi, se sont ajoutés les obstacles humains ou politiques : pillards arabes, bandits mongols, « irréguliers » chinois, tribus du Sin-Kiang en révolte, peuplades non contrôlées. Les rebondissements se succèdent, les pires difficultés sont vaincues une à une, par la ténacité, par l’endurance, parfois par la ruse. « La cloche thibétaine », c’est une aventure digne de Jules Verne, où le comique côtoie le tragique. C’est l’exploration d’immenses territoires encore mal connus à l’époque, c’est le triomphe des techniques nouvelles et de l’ingéniosité de ceux qui les emploient, c’est surtout le combat victorieux d’une poignée d’hommes contre l’adversité.

Biographie de Dominique Eudes

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire