Votre compte

La fin du salut par l'image


Instituée par la théologie chrétienne, la fonction salvatrice de l’image fut réactivée par les romantiques après l’annonce de la « mort de Dieu ». Dans cet ouvrage, trois séquences (Sauver – Unifier – Dévorer) esquissent l’histoire récente de cette fonction. Depuis le salut individuel de l’artiste avec Eugène Delacroix jusqu’au salut du « peuple» par l’art avec Fernand Léger ou le Bauhaus, l’activité artistique a décliné ses promesses de bonheur jusqu’à l’épuisement, entre l’invention d’un présent insaisissable et celle d’une œuvre d’art totale, finalement destructrice. Mais après que Lucio Fontana eut précipité encore « la fin de Dieu » pour affirmer la liberté illimitée de l’art, après que Joseph Beuys eut répété une fois encore l’identification dévorante de l’esthétique au politique, tout mythe de rédemption et d’unification future sembla avoir déserté l’activité artistique, qui s’expose désormais comme pur désir de survie, ici et maintenant, selon l’immanentisme de la loi de la concurrence.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La fin du salut par l'image”

Fiche technique

  • Auteur : Éric Michaud
  • Éditeur : Flammarion
  • Date de parution : 11/11/20
  • EAN : 9782081508040
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 416
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Instituée par la théologie chrétienne, la fonction salvatrice de l’image fut réactivée par les romantiques après l’annonce de la « mort de Dieu ». Dans cet ouvrage, trois séquences (Sauver – Unifier – Dévorer) esquissent l’histoire récente de cette fonction. Depuis le salut individuel de l’artiste avec Eugène Delacroix jusqu’au salut du « peuple» par l’art avec Fernand Léger ou le Bauhaus, l’activité artistique a décliné ses promesses de bonheur jusqu’à l’épuisement, entre l’invention d’un présent insaisissable et celle d’une œuvre d’art totale, finalement destructrice. Mais après que Lucio Fontana eut précipité encore « la fin de Dieu » pour affirmer la liberté illimitée de l’art, après que Joseph Beuys eut répété une fois encore l’identification dévorante de l’esthétique au politique, tout mythe de rédemption et d’unification future sembla avoir déserté l’activité artistique, qui s’expose désormais comme pur désir de survie, ici et maintenant, selon l’immanentisme de la loi de la concurrence.

Biographie de Éric Michaud

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire