Votre compte

La langue racontée


Faire l’histoire d’une langue, c’est faire l’histoire des gens qui l’ont parlée, écrite, chantée, vécue. Un mot seul ne peut changer de sens comme par génération spontanée. Ce sont les personnes qui l’utilisent dans différents contextes qui, lui accordant de nouvelles connotations, ou le rattachant à une nouvelle réalité, inconsciemment ou non, lui donnent un nouveau sens. L’histoire de la langue française est faite de ces décisions arbitraires, de ces accidents de parcours, de ces concours de circonstances. Si le français a été la lingua franca de prestige pendant longtemps, ce qui fait qu’il en garde encore les rubans et les paillettes, il n’est pas que ça, et il n’a pas été que ça. Il a été aussi la langue des gens ordinaires, des gens dont on ne parle pas dans les livres. Mais ce sont ces gens qui ont contribué à faire du français ce qu’il est aujourd’hui. L’histoire du français, c’est aussi leur histoire. C’est notre histoire. Il est temps de nous l’approprier. Dans ce dernier livre de la trilogie sur la langue, Anne-Marie Beaudoin-Bégin met en lumière, avec toujours plus de justesse et de pédagogie, les liens qui unissent les gens à une langue. À quel point langue et société se nouent dans des habitudes lexicales mais aussi leurs transformations. Les deux premiers livres de l’autrice, La langue rapaillée (Somme toute, 2015) et La langue affranchie (Somme toute, 2017), sont sur les listes d’études de nombreux programmes et de nombreuses formations en linguistique. Ces livres audacieux, parfois même irrévérencieux, symbolisent la réappropriation d’une langue pour en faire une fierté.

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La langue racontée”

Fiche technique

Résumé

Faire l’histoire d’une langue, c’est faire l’histoire des gens qui l’ont parlée, écrite, chantée, vécue. Un mot seul ne peut changer de sens comme par génération spontanée. Ce sont les personnes qui l’utilisent dans différents contextes qui, lui accordant de nouvelles connotations, ou le rattachant à une nouvelle réalité, inconsciemment ou non, lui donnent un nouveau sens. L’histoire de la langue française est faite de ces décisions arbitraires, de ces accidents de parcours, de ces concours de circonstances. Si le français a été la lingua franca de prestige pendant longtemps, ce qui fait qu’il en garde encore les rubans et les paillettes, il n’est pas que ça, et il n’a pas été que ça. Il a été aussi la langue des gens ordinaires, des gens dont on ne parle pas dans les livres. Mais ce sont ces gens qui ont contribué à faire du français ce qu’il est aujourd’hui. L’histoire du français, c’est aussi leur histoire. C’est notre histoire. Il est temps de nous l’approprier. Dans ce dernier livre de la trilogie sur la langue, Anne-Marie Beaudoin-Bégin met en lumière, avec toujours plus de justesse et de pédagogie, les liens qui unissent les gens à une langue. À quel point langue et société se nouent dans des habitudes lexicales mais aussi leurs transformations. Les deux premiers livres de l’autrice, La langue rapaillée (Somme toute, 2015) et La langue affranchie (Somme toute, 2017), sont sur les listes d’études de nombreux programmes et de nombreuses formations en linguistique. Ces livres audacieux, parfois même irrévérencieux, symbolisent la réappropriation d’une langue pour en faire une fierté.

Biographie d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire