Votre compte

La mort, un temps à vivre


La source de toutes les misères de l'homme, ce n'est pas la mort, mais la craintede la mort. ÉpictèteLa chose du monde à laquelle un homme libre pense le moins, c'est la mort etla sagesse n'est point la méditation de la mort, mais de la vie. SpinozaPourquoi en effet réfléchir sur la mort, si ce n'est pour mieux vivre ?Partant du constat de l'occultation de la mort par notre société, des peursqu'elle nourrit, des difficultés pour entourer ceux qui arrivent au bout deleur vie, la réflexion de l'Académie d'éducation et d'études sociales se portesur les points essentiels qui semblent nécessaires aux hommes pour que au-delà d'un regard sur les étapes de la vie ils puissent, en ne reléguantplus ceux qui arrivent à cette ultime étape et en les entourant, à défaut desagesse, acquérir une certaine paix qui semble parfois fuir notre temps.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La mort, un temps à vivre”

Fiche technique

Résumé

La source de toutes les misères de l'homme, ce n'est pas la mort, mais la craintede la mort. ÉpictèteLa chose du monde à laquelle un homme libre pense le moins, c'est la mort etla sagesse n'est point la méditation de la mort, mais de la vie. SpinozaPourquoi en effet réfléchir sur la mort, si ce n'est pour mieux vivre ?Partant du constat de l'occultation de la mort par notre société, des peursqu'elle nourrit, des difficultés pour entourer ceux qui arrivent au bout deleur vie, la réflexion de l'Académie d'éducation et d'études sociales se portesur les points essentiels qui semblent nécessaires aux hommes pour que au-delà d'un regard sur les étapes de la vie ils puissent, en ne reléguantplus ceux qui arrivent à cette ultime étape et en les entourant, à défaut desagesse, acquérir une certaine paix qui semble parfois fuir notre temps.

Biographie d’Académie d'éducation et d'études sociales

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire