Votre compte

La noblesse canadienne sous le Régime anglais. Le destin des familles nobles suite au démantèlement des territoires français en Amérique du Nord, 1760-1840


À l’époque de la Nouvelle-France, la noblesse canadienne forme un contingent dynamique de la société coloniale, jouant un rôle actif dans les sphères administratives et militaires, ainsi que dans le régime seigneurial. La signature du Traité de Paris en 1763, qui scelle le destin de la population en cédant le Canada à la Grande-Bretagne, vient compromettre la pérennité de cette classe sociale. Perçus comme une menace potentielle en raison de leur ascendant sur le peuple et de leurs liens étroits avec la Cour de France, les nobles canadiens subissent beaucoup de pression de la part des nouveaux dirigeants : il leur faut quitter le pays ou accepter la nouvelle conjoncture. Cet ouvrage propose une incursion dans les sources canadiennes, depuis les premières décennies du Régime anglais jusqu’aux révoltes des patriotes, en passant par les débuts du parlementarisme. Il permet d’entrevoir la façon dont la noblesse canadienne a pu réagir, s’adapter et se transformer dans un nouveau contexte sociopolitique, révélant au passage une riche variété de trajectoires personnelles et familiales. Quelles motivations prévalurent dans les décisions et les stratégies des membres de la noblesse? Quelle fut leur participation aux grands événements politiques et miliaires de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle? L’abbé Jean-Paul Morel de La Durantaye (1932-2016) a été professeur de littérature française et québécoise au Collège Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse. Boursier du Conseil des arts du Canada, il détenait une licence ès lettres de l’Université de Montréal et un doctorat en lettres françaises de l’Université d’Ottawa. Il a été membre pendant plusieurs années de la Corporation du domaine de Lanaudière. La maladie l’ayant empêché de mener à bien l’écriture de ce manuscrit, ses parents et amis lui ont fait une promesse solennelle : celle d’en faire compléter la rédaction, puis de faire publier l’œuvre couronnant toute une vie consacrée à la connaissance.
20,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La noblesse canadienne sous le Régime anglais. Le destin des familles nobles suite au démantèlement des territoires français en Amérique du Nord, 1760-1840”

Fiche technique

Résumé

À l’époque de la Nouvelle-France, la noblesse canadienne forme un contingent dynamique de la société coloniale, jouant un rôle actif dans les sphères administratives et militaires, ainsi que dans le régime seigneurial. La signature du Traité de Paris en 1763, qui scelle le destin de la population en cédant le Canada à la Grande-Bretagne, vient compromettre la pérennité de cette classe sociale. Perçus comme une menace potentielle en raison de leur ascendant sur le peuple et de leurs liens étroits avec la Cour de France, les nobles canadiens subissent beaucoup de pression de la part des nouveaux dirigeants : il leur faut quitter le pays ou accepter la nouvelle conjoncture. Cet ouvrage propose une incursion dans les sources canadiennes, depuis les premières décennies du Régime anglais jusqu’aux révoltes des patriotes, en passant par les débuts du parlementarisme. Il permet d’entrevoir la façon dont la noblesse canadienne a pu réagir, s’adapter et se transformer dans un nouveau contexte sociopolitique, révélant au passage une riche variété de trajectoires personnelles et familiales. Quelles motivations prévalurent dans les décisions et les stratégies des membres de la noblesse? Quelle fut leur participation aux grands événements politiques et miliaires de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle? L’abbé Jean-Paul Morel de La Durantaye (1932-2016) a été professeur de littérature française et québécoise au Collège Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse. Boursier du Conseil des arts du Canada, il détenait une licence ès lettres de l’Université de Montréal et un doctorat en lettres françaises de l’Université d’Ottawa. Il a été membre pendant plusieurs années de la Corporation du domaine de Lanaudière. La maladie l’ayant empêché de mener à bien l’écriture de ce manuscrit, ses parents et amis lui ont fait une promesse solennelle : celle d’en faire compléter la rédaction, puis de faire publier l’œuvre couronnant toute une vie consacrée à la connaissance.

Biographie de Catherine Ferland

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire