Votre compte

La revanche du nationalisme


Et si, derrière la « poussée des populismes » en Europe, se cachait une puissante vague nationaliste ? Au cours des trois dernières décennies, des mobilisations nationalistes et identitaires ont donné naissance à des formations politiques perturbatrices, désormais solidement installées. Pierre-André Taguieff ne voit pas en elles l’expression d’une « fièvre populiste » ni l’indice d’un « retour du fascisme », mais le surgissement d’un nouveau type de contestation des démocraties représentatives et pluralistes. Cette vague nationale-populiste s’est radicalisée sous les effets conjugués d’une opposition virulente à la construction européenne, d’une diabolisation croissante de l’immigration et d’une hantise de « l’islamisation ». S’y ajoute une profonde méfiance vis-à-vis de la mondialisation, dont les élites transnationales seraient les agents et seuls bénéficiaires.
Ce faisceau de peurs, d’hostilités et de rejets explique pourquoi le thème majeur du discours nationaliste est aujourd’hui celui de l’identité collective menacée. Son efficacité symbolique, traduite par des scores électoraux impressionnants, tient au triple fait que l’État-nation est en crise, que les systèmes représentatifs produisent une insatisfaction croissante et que, dans les opinions publiques, l’islam est synonyme de menace.
Ce n’est pas le moindre des paradoxes de ces partis nationalistes et xénophobes que de partir à l’assaut d’une Europe dont ils récusent le processus de construction.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La revanche du nationalisme”

Fiche technique

Résumé

Et si, derrière la « poussée des populismes » en Europe, se cachait une puissante vague nationaliste ? Au cours des trois dernières décennies, des mobilisations nationalistes et identitaires ont donné naissance à des formations politiques perturbatrices, désormais solidement installées. Pierre-André Taguieff ne voit pas en elles l’expression d’une « fièvre populiste » ni l’indice d’un « retour du fascisme », mais le surgissement d’un nouveau type de contestation des démocraties représentatives et pluralistes. Cette vague nationale-populiste s’est radicalisée sous les effets conjugués d’une opposition virulente à la construction européenne, d’une diabolisation croissante de l’immigration et d’une hantise de « l’islamisation ». S’y ajoute une profonde méfiance vis-à-vis de la mondialisation, dont les élites transnationales seraient les agents et seuls bénéficiaires.
Ce faisceau de peurs, d’hostilités et de rejets explique pourquoi le thème majeur du discours nationaliste est aujourd’hui celui de l’identité collective menacée. Son efficacité symbolique, traduite par des scores électoraux impressionnants, tient au triple fait que l’État-nation est en crise, que les systèmes représentatifs produisent une insatisfaction croissante et que, dans les opinions publiques, l’islam est synonyme de menace.
Ce n’est pas le moindre des paradoxes de ces partis nationalistes et xénophobes que de partir à l’assaut d’une Europe dont ils récusent le processus de construction.

Biographie de Pierre-André Taguieff

Historien des idées, philosophe et politologue, Pierre-André Taguieff est directeur de recherche au CNRS (Paris, CEVIPOF). Il est l'auteur de plus de vingt livres, parmi lesquels on peut citer La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles (1988), Les Fins de l'antiracisme (1995), L'Effacement de l'avenir (2000), Résister au bougisme (2001), La Nouvelle Judéophobie (2002), L'Illusion populiste (2002), Le Sens du progrès (2004), Prêcheurs de haine (2004), La République enlisée (2005) et La Foire aux Illuminés (2005).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire