Votre compte

La ruche


Aux « Garidelles », un modeste établissement de post-cure psychiatrique du sud de la France, Adélaïde Blasquez a rencontré Ninette l’anorexique, Josefa l’Espagnole, Agathe la mystérieuse, Cathy, éternellement enceinte des œuvres de Dieu, Jeanne-Clémentine, mieux connue sous le nom de Clé-Clé, Clo-Clo, alias Clothilde, Pierrette, dite Bécassine et beaucoup d’autres. Au-delà de leurs différences, toutes ces femmes ont en commun leur isolement, leur détresse affective, leurs corps abîmés par les neuroleptiques. Parce qu’elle a partagé leur vie pendant plusieurs semaines et qu’elle a le privilège de l’écriture, Adélaïde Blasquez s’est donné pour tâche de parler au nom de ces exclues qu’elle considère comme ses semblables. A mi-chemin entre le témoignage et la fiction, ce livre dit les grandes journées vides, ponctuées seulement par les repas, la prise des médicaments, la réunion quotidienne avec le médecin, l’attente d’un improbable appel téléphonique de l’extérieur. Il dit aussi la débrouillardise, la solidarité, les conciliabules et les empoignades, les menus drames, parfois cocasses, qui agitent la communauté. Et, surtout, l’intense vie imaginaire qui se développe là où le réel n’a pas grand-chose à offrir. Ainsi ce « non-lieu » se transforme-t-il pour beaucoup en un véritable foyer où règnent une chaleur humaine, une tolérance et une reconnaissance mutuelle qui ne sont pas si fréquentes dans notre monde dit « normal ».

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “La ruche”

Fiche technique

Résumé

Aux « Garidelles », un modeste établissement de post-cure psychiatrique du sud de la France, Adélaïde Blasquez a rencontré Ninette l’anorexique, Josefa l’Espagnole, Agathe la mystérieuse, Cathy, éternellement enceinte des œuvres de Dieu, Jeanne-Clémentine, mieux connue sous le nom de Clé-Clé, Clo-Clo, alias Clothilde, Pierrette, dite Bécassine et beaucoup d’autres. Au-delà de leurs différences, toutes ces femmes ont en commun leur isolement, leur détresse affective, leurs corps abîmés par les neuroleptiques. Parce qu’elle a partagé leur vie pendant plusieurs semaines et qu’elle a le privilège de l’écriture, Adélaïde Blasquez s’est donné pour tâche de parler au nom de ces exclues qu’elle considère comme ses semblables. A mi-chemin entre le témoignage et la fiction, ce livre dit les grandes journées vides, ponctuées seulement par les repas, la prise des médicaments, la réunion quotidienne avec le médecin, l’attente d’un improbable appel téléphonique de l’extérieur. Il dit aussi la débrouillardise, la solidarité, les conciliabules et les empoignades, les menus drames, parfois cocasses, qui agitent la communauté. Et, surtout, l’intense vie imaginaire qui se développe là où le réel n’a pas grand-chose à offrir. Ainsi ce « non-lieu » se transforme-t-il pour beaucoup en un véritable foyer où règnent une chaleur humaine, une tolérance et une reconnaissance mutuelle qui ne sont pas si fréquentes dans notre monde dit « normal ».

Biographie d’Adélaïde Blasquez

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire