Votre compte

Le bord de l'expérience. Essai de cosmologie


Les philosophies de la conscience commencent par casser l’expérience en deux : d’un côté, l’univers, peuplé d’événements « objectifs », de l’autre, le sujet et la sphère intime de ses « vécus ». Plutôt que d’essayer à toute force de recoller les morceaux, la philosophie spéculative tente de décrire l’expérience — par exemple, celle d’un après-midi dans un jardin — en faisant l’économie d’une telle notion de la conscience.
La tâche la plus délicate consiste alors à situer malgré tout la subjectivité dans le champ de l’expérience, ou à ses limites — sur son bord. C’est le projet de cet essai. Le concept de « lumière », noué à ceux d’être et d’événement, doit permettre d’analyser l’expérience de la perception et celle du corps propre pour y fixer la position du sujet.
Pourquoi une « cosmologie » ? Parce qu’il s’agit, finalement, de penser la coexistence, sur un même plan, du sujet de l’expérience et de l’événement perçu. Pour y parvenir, l’auteur mobilise un schème conceptuel emprunté à la cosmologie de Whitehead et à l’ontologie du dernier Merleau-Ponty.

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le bord de l'expérience. Essai de cosmologie”

Fiche technique

Résumé

Les philosophies de la conscience commencent par casser l’expérience en deux : d’un côté, l’univers, peuplé d’événements « objectifs », de l’autre, le sujet et la sphère intime de ses « vécus ». Plutôt que d’essayer à toute force de recoller les morceaux, la philosophie spéculative tente de décrire l’expérience — par exemple, celle d’un après-midi dans un jardin — en faisant l’économie d’une telle notion de la conscience.
La tâche la plus délicate consiste alors à situer malgré tout la subjectivité dans le champ de l’expérience, ou à ses limites — sur son bord. C’est le projet de cet essai. Le concept de « lumière », noué à ceux d’être et d’événement, doit permettre d’analyser l’expérience de la perception et celle du corps propre pour y fixer la position du sujet.
Pourquoi une « cosmologie » ? Parce qu’il s’agit, finalement, de penser la coexistence, sur un même plan, du sujet de l’expérience et de l’événement perçu. Pour y parvenir, l’auteur mobilise un schème conceptuel emprunté à la cosmologie de Whitehead et à l’ontologie du dernier Merleau-Ponty.

Biographie de Pierre Cassou-Noguès

Écrivain, philosophe, Pierre Cassou-Noguès est professeur à l'université Paris 8. Ses travaux portent sur les rapports entre raison et imaginaire. Il a notamment publié Les démons de Gödel (2012), Mon zombie et moi. La philosophie comme fiction (2010), La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre son temps (2013).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire