Votre compte

Le mythe grec allemand


En passe de s'affirmer comme le centre mondial de la production des savoirs sur l'Antiquité, l'Allemagne devint aussi, à la fin du XVIIIe siècle, la patrie d'un mythe tout à fait singulier, auquel certains ont donné le nom de « mythe grec » allemand. Les Allemands – telle est l'idée qui préside, dans l'Allemagne savante et littéraire d'alors, à la formation du Griechenmythos – sont reliés aux anciens Hellènes par une « affinité élective », une parenté spirituelle idéale, qui fait d'eux les Grecs de l'époque moderne. Ce motif, qui perdure jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, instaure un dialogue, multiforme et sans cesse reconduit, entre le passé grec que l'on ambitionne de reconstituer et le présent de l'Allemagne, cette nouvelle Hellade que l'on aspire à édifier. Il revêt, dans le même temps, une place et une signification essentielles dans l'imaginaire de la communauté des hellénistes. Laboratoire où se forme et se réinvente, de l'époque néo-humaniste jusqu'à la fin de la période nationale-socialiste, la croyance en l'affinité gréco-allemande, la science de l'Antiquité fait du mythe grec le miroir de son originalité et le support de ses ambitions idéales. Menée dans la perspective d'une histoire culturelle de la réception de l'Antiquité, la présente enquête vise à retracer, dans le temps long des traditions savantes qui relient l'époque de Wilhelm von Humboldt à celle de Werner Jaeger, l'histoire croisée du Griechenmythos et de l'Altertumswissenschaft, dans une démarche attentive à l'entrelacement de l'écriture des savoirs sur le passé grec et de la fabrique du mythe.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le mythe grec allemand”

Fiche technique

Résumé

En passe de s'affirmer comme le centre mondial de la production des savoirs sur l'Antiquité, l'Allemagne devint aussi, à la fin du XVIIIe siècle, la patrie d'un mythe tout à fait singulier, auquel certains ont donné le nom de « mythe grec » allemand. Les Allemands – telle est l'idée qui préside, dans l'Allemagne savante et littéraire d'alors, à la formation du Griechenmythos – sont reliés aux anciens Hellènes par une « affinité élective », une parenté spirituelle idéale, qui fait d'eux les Grecs de l'époque moderne. Ce motif, qui perdure jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, instaure un dialogue, multiforme et sans cesse reconduit, entre le passé grec que l'on ambitionne de reconstituer et le présent de l'Allemagne, cette nouvelle Hellade que l'on aspire à édifier. Il revêt, dans le même temps, une place et une signification essentielles dans l'imaginaire de la communauté des hellénistes. Laboratoire où se forme et se réinvente, de l'époque néo-humaniste jusqu'à la fin de la période nationale-socialiste, la croyance en l'affinité gréco-allemande, la science de l'Antiquité fait du mythe grec le miroir de son originalité et le support de ses ambitions idéales. Menée dans la perspective d'une histoire culturelle de la réception de l'Antiquité, la présente enquête vise à retracer, dans le temps long des traditions savantes qui relient l'époque de Wilhelm von Humboldt à celle de Werner Jaeger, l'histoire croisée du Griechenmythos et de l'Altertumswissenschaft, dans une démarche attentive à l'entrelacement de l'écriture des savoirs sur le passé grec et de la fabrique du mythe.

Biographie d’Anthony Andurand

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire