Votre compte

Le Personnel du roman : Le système des personnages dans les Rougon-Macquart d'Emile Zola


Le présent essai a un double objectif : étudier la cohérence interne d’une oeuvre particulière (les vingt volumes de la série familiale des Rougon-Macquart, publiée par Zola entre 1870 et 1893) et explorer les conditions d’une théorie générale du personnage de fiction, ce “vivant sans entrailles” dont parle Valéry. La notion de “système” et celle de “personnel” impliquent une étude minutieuse des relations qui unissent tous les acteurs de la série. En chemin, et dans un cadre d’analyse globalement narratologique (pas de théorie du personnage sans une théorie du récit), on évaluera le poids des contraintes a priori que le “cahier des charges” naturaliste (décrire exhaustivement, secteur après secteur, et après enquête, le “monde du Second Empire; être “objectif”, etc.) fait peser sur le personnage, comment son statut de “fonctionnaire” d’un projet descriptif et sociologique (“rendre” le réel, le “document humain”sur lequel il est bâti) conditionne sa dimension “fictionnaire” d’être de papier support et moteur d’une intrigue inventée.

Ce livre est classé dans les catégories :

12,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Personnel du roman : Le système des personnages dans les Rougon-Macquart d'Emile Zola”

Fiche technique

  • Auteur : Philippe Hamon
  • Éditeur : Librairie Droz
  • Date de parution : 01/01/12
  • EAN : 9782600305129
  • Format : Multi-format
  • Nombre de pages: 336
  • Protection : NC

Résumé

Le présent essai a un double objectif : étudier la cohérence interne d’une oeuvre particulière (les vingt volumes de la série familiale des Rougon-Macquart, publiée par Zola entre 1870 et 1893) et explorer les conditions d’une théorie générale du personnage de fiction, ce “vivant sans entrailles” dont parle Valéry. La notion de “système” et celle de “personnel” impliquent une étude minutieuse des relations qui unissent tous les acteurs de la série. En chemin, et dans un cadre d’analyse globalement narratologique (pas de théorie du personnage sans une théorie du récit), on évaluera le poids des contraintes a priori que le “cahier des charges” naturaliste (décrire exhaustivement, secteur après secteur, et après enquête, le “monde du Second Empire; être “objectif”, etc.) fait peser sur le personnage, comment son statut de “fonctionnaire” d’un projet descriptif et sociologique (“rendre” le réel, le “document humain”sur lequel il est bâti) conditionne sa dimension “fictionnaire” d’être de papier support et moteur d’une intrigue inventée.

Biographie de Philippe Hamon

La relation aux règles, le savoir-vivre (au sens large de ce terme), avec son appareil de normes, de principes, de « manières » (de table et autres), de sanctions, d’évaluations et de canevas plus ou moins codés, qu’ils soient prohibitifs, prescriptifs ou permissifs, constitue le matériau et le sujet principal de tout roman.
Mais le texte romanesque suggère d’abord, par divers procédés cumulés, que le réel n’est pas relevable d’une norme unique, qu’il est fondamentalement carrefour d’univers de valeurs dont les frontières et les compétences ne sont pas forcément, toujours, parfaitement ajustées, complémentaires ou distinctes.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire