Votre compte

Le Québec dans la Grande Guerre


Lorsque le 4 août 1914, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne, le Canada se trouve également de facto en état de guerre. Contrairement au reste de l'Europe, l'Empire britannique ne peut compter sur une mobilisation générale lui permettant d'engager au front une armée nombreuse, et s'en remet au volontariat, d'abord en Grande-Bretagne, puis rapidement dans ses dominions. Le 20 octobre, un regroupement d'hommes politiques, de religieux et d'hommes d'affaires canadiens français obtient du gouvernement la création d'un bataillon canadien français. Dès 1916, le recrutement volontaire s'essouffle alors que les pertes au front exigent des enrôlements toujours plus importants. En août 1917, une loi sur le service militaire obligatoire est adoptée, avivant un peu plus les tensions entre les différentes communautés dans le pays. Sous la forte influence d'un pacifisme chrétien, l'élite canadienne française affirme son opposition à la conscription, rapidement rejointe par l'ensemble de la population. Des manifestations à Montréal puis à Québec dégénèrent et vont marquer durablement la mémoire québécoise en éclipsant l'engagement des Canadiens Français. Les conséquences de la Grande Guerre sur la société québécoise sont profondes et durables. Pacifisme et indépendantisme sont deux héritages qui alimentent un antimilitarisme associé historiquement au fait britannique depuis la Conquête. Charles-Philippe Courtois est professeur adjoint d'histoire au Collège militaire royal de Saint-Jean et détient un doctorat en histoire de l'UQAM et de l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste d'histoire intellectuelle du Québec, il est l'auteur de La Conquête. Une anthologie et a codirigé La culture des Patriotes aux éditions du Septentrion. Conservateur en chef du patrimoine, Laurent Veyssière est chef de la délégation des patrimoines culturels à la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (ministère de la Défense). Il a dirigé deux ouvrages, La Guerre de Sept Ans et 1763 au Septentrion.

Ce livre est classé dans les catégories :

19,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Le Québec dans la Grande Guerre”

Fiche technique

Résumé

Lorsque le 4 août 1914, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne, le Canada se trouve également de facto en état de guerre. Contrairement au reste de l'Europe, l'Empire britannique ne peut compter sur une mobilisation générale lui permettant d'engager au front une armée nombreuse, et s'en remet au volontariat, d'abord en Grande-Bretagne, puis rapidement dans ses dominions. Le 20 octobre, un regroupement d'hommes politiques, de religieux et d'hommes d'affaires canadiens français obtient du gouvernement la création d'un bataillon canadien français. Dès 1916, le recrutement volontaire s'essouffle alors que les pertes au front exigent des enrôlements toujours plus importants. En août 1917, une loi sur le service militaire obligatoire est adoptée, avivant un peu plus les tensions entre les différentes communautés dans le pays. Sous la forte influence d'un pacifisme chrétien, l'élite canadienne française affirme son opposition à la conscription, rapidement rejointe par l'ensemble de la population. Des manifestations à Montréal puis à Québec dégénèrent et vont marquer durablement la mémoire québécoise en éclipsant l'engagement des Canadiens Français. Les conséquences de la Grande Guerre sur la société québécoise sont profondes et durables. Pacifisme et indépendantisme sont deux héritages qui alimentent un antimilitarisme associé historiquement au fait britannique depuis la Conquête. Charles-Philippe Courtois est professeur adjoint d'histoire au Collège militaire royal de Saint-Jean et détient un doctorat en histoire de l'UQAM et de l'Institut d'études politiques de Paris. Spécialiste d'histoire intellectuelle du Québec, il est l'auteur de La Conquête. Une anthologie et a codirigé La culture des Patriotes aux éditions du Septentrion. Conservateur en chef du patrimoine, Laurent Veyssière est chef de la délégation des patrimoines culturels à la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (ministère de la Défense). Il a dirigé deux ouvrages, La Guerre de Sept Ans et 1763 au Septentrion.

Biographie de Charles-Philippe Courtois

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire