Votre compte

Les Bases de la morale évolutionniste


1.Les termes corrélatifs s’impliquent l’un l’autre ; ainsi l’on ne peut penser à un père sans penser à un enfant, à un supérieur sans penser à un inférieur. Un des exemples les plus communs donnés à l’appui de celte doctrine, c’est le lien nécessaire qui unit la conception d’un tout à celle d’une partie.

Il est impossible de concevoir l’idée d’un tout sans faire naître aussitôt l’idée des parties qui le constituent, et l’on ne peut pas davantage concevoir l’idée d’une partie sans provoquer aussitôt l’idée de quelque tout auquel elle appartient.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

Ce livre est classé dans les catégories :

3,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les Bases de la morale évolutionniste”

Fiche technique

  • Auteur : Herbert Spencer
  • Éditeur : Collection XIX
  • Date de parution : 20/05/16
  • EAN : 9782346071746
  • Format : Multi-format
  • Nombre de pages: 260
  • Protection : NC

Résumé

1.Les termes corrélatifs s’impliquent l’un l’autre ; ainsi l’on ne peut penser à un père sans penser à un enfant, à un supérieur sans penser à un inférieur. Un des exemples les plus communs donnés à l’appui de celte doctrine, c’est le lien nécessaire qui unit la conception d’un tout à celle d’une partie.

Il est impossible de concevoir l’idée d’un tout sans faire naître aussitôt l’idée des parties qui le constituent, et l’on ne peut pas davantage concevoir l’idée d’une partie sans provoquer aussitôt l’idée de quelque tout auquel elle appartient.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

Biographie d’Herbert Spencer

Herbert Spencer (1820-1903), philosophe, économiste et sociologue anglais fut l’un des premiers théoriciens du libéralisme. Il est aujourd’hui presque oublié bien qu’il connût de son vivant une renommée internationale. Après la révolution russe et la Première Guerre mondiale, sa doctrine qualifiée à tort de «darwinisme social», très critiquée par les partisans de l’état-providence, tombe peu à peu dans l’indifférence générale. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses théories sont redécouvertes par le prix Nobel d’économie, le néolibéral Friedrich Hayek. Aujourd’hui Spencer est principalement connu pour ses essais politiques. Il est fréquemment cité par les penseurs libéraux comme Robert Nozick ou Milton Friedmann, et beaucoup de dirigeants politiques et économiques font référence à ses écrits pour légitimer les politiques de déréglementation ou de «réforme de l’État». Récupérée un peu rapidement par les tenants d’un libéralisme débridé, la pensée d’Herbert Spencer a été souvent caricaturée et mérite une lecture plus attentive.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire