Votre compte

Les croissants du dimanche


Trois pages suffisent à raconter une histoire. Annie Saumont le prouve à chacun de ses nouveaux recueils qui, telles des variations musicales, explorent inlassablement les mêmes thèmes, sans jamais se répéter. Virtuose de la nouvelle, elle décrit mieux que personne ces vies minuscules confrontées en quelques pages à toutes sortes de fatalités ou de hasards malheureux. Son univers très personnel s'accroche à des détails, à des objets du quotidien. De là découlent les drames intimes les plus enfouis, comme les petits bonheurs les plus simples.
Maîtrisant parfaitement l'art de l'ellipse et de la chute, elle croque ces moments où la vie de personnages anonymes, peuplant un univers ordinaire, chavire inexorablement. Cœurs solitaires ou abandonnés, assassins ou enfants battus, les héros de ces nouvelles sont tous des victimes, fragilisées par la cruauté d'un monde où la peur de la mort est omniprésente. Ce qui ne les empêche pas de se battre pour leur survie.
Avec une justesse et une précision implacables, Annie Saumont fait l'inventaire des stratégies – sublimes, insensées ou dérisoires – mises en œuvre face aux petits et grands désastres de l'existence, par des hommes et des femmes à l'irréductible rage de vivre. En dix-neuf brefs récits, elle rend compte du malaise de nos sociétés modernes et des peurs qui nous taraudent, pour mieux secouer notre indifférence devant la souffrance des autres.
Chacun de ses livres nous ouvre un peu plus les yeux sur une société où les liens menacent de se rompre, emportant avec eux la plus belle part de nous-mêmes, notre humanité.




Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Les croissants du dimanche”

Fiche technique

  • Auteur : Annie SAUMONT
  • Éditeur : Julliard
  • Date de parution : 20/12/12
  • EAN : 9782260019213
  • Format : ePub
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Trois pages suffisent à raconter une histoire. Annie Saumont le prouve à chacun de ses nouveaux recueils qui, telles des variations musicales, explorent inlassablement les mêmes thèmes, sans jamais se répéter. Virtuose de la nouvelle, elle décrit mieux que personne ces vies minuscules confrontées en quelques pages à toutes sortes de fatalités ou de hasards malheureux. Son univers très personnel s'accroche à des détails, à des objets du quotidien. De là découlent les drames intimes les plus enfouis, comme les petits bonheurs les plus simples.
Maîtrisant parfaitement l'art de l'ellipse et de la chute, elle croque ces moments où la vie de personnages anonymes, peuplant un univers ordinaire, chavire inexorablement. Cœurs solitaires ou abandonnés, assassins ou enfants battus, les héros de ces nouvelles sont tous des victimes, fragilisées par la cruauté d'un monde où la peur de la mort est omniprésente. Ce qui ne les empêche pas de se battre pour leur survie.
Avec une justesse et une précision implacables, Annie Saumont fait l'inventaire des stratégies – sublimes, insensées ou dérisoires – mises en œuvre face aux petits et grands désastres de l'existence, par des hommes et des femmes à l'irréductible rage de vivre. En dix-neuf brefs récits, elle rend compte du malaise de nos sociétés modernes et des peurs qui nous taraudent, pour mieux secouer notre indifférence devant la souffrance des autres.
Chacun de ses livres nous ouvre un peu plus les yeux sur une société où les liens menacent de se rompre, emportant avec eux la plus belle part de nous-mêmes, notre humanité.




Biographie d’Annie SAUMONT

Née à Cherbourg, Annie Saumont s'est d'abord illustrée en tant que traductrice, notamment de J.D. Salinger. Auteure de plus de trois cents nouvelles et d'une vingtaine de recueils, Annie Saumont a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Goncourt de la nouvelle pour Quelquefois dans les cérémonies (Gallimard, 1981), le Grand prix de la nouvelle de la Société Des Gens de Lettres pour Je suis pas un camion (Seghers, 1989), le prix Renaissance de la nouvelle pour Les voilà quel bonheur (Julliard, 1994) ainsi que le prix de la Nouvelle décerné par l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre. Koman sa sécri émé ? (2005), Les Croissants du dimanche (2008), Encore une belle journée (2010), Le Tapis du salon (2012), Un si beau parterre de pétunias (2013) sont paru aux éditions Julliard. Florilège (2017) publié à titre posthume rassemble une quarantaine de courts récits caractéristiques de son style inimitable.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire