Votre compte

Mitterrand en toutes lettres (1971-1994)


Ni pamphlet ni panégyrique, ce Mitterrand en toutes lettres se présente comme un petit dictionnaire curieux. Sans prétendre remplacer les nombreuses biographies du président ou jouer les bréviaires de la pensée mitterrandienne, il révèle à la lecture un projet d'une ambition inattendue. Qui mieux que François Mitterrand pouvait, à travers ses propos, tracer un autoportrait aussi saisissant ? Parce que, de « Accessoire » à « Zorro », chacun des termes ici répertoriés est emprunté au président, qu'il l'ait dit ou écrit, de juin 1971, où il prend le pouvoir dans la maison socialiste, à fin 1994, avant son départ du palais de l'Elysée. Des mots s'imposent : Europe, Constitution, dissuasion, gauche (dans toutes ses composantes), de Gaulle, Jaurès, Gorbatchev, Rocard... Des thèmes sont récurrents : le temps, la religion, la vieillesse, la mort, la famille, l'argent. Plus surprenant : sa passion pour Tolstoï, sa faiblesse pour Sheila, ses émotions devant New York ou Venise, sa tendresse pour les chênes, une vie ponctuée par les mois de mai... De fidélités constantes en contradictions ou en prévisions étonnantes, combien de jugements passionnés, d'anathèmes vengeurs et de convictions réaffirmées ! Un ouvrage de référence et de réflexion indispensable.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Mitterrand en toutes lettres (1971-1994)”

Fiche technique

Résumé

Ni pamphlet ni panégyrique, ce Mitterrand en toutes lettres se présente comme un petit dictionnaire curieux. Sans prétendre remplacer les nombreuses biographies du président ou jouer les bréviaires de la pensée mitterrandienne, il révèle à la lecture un projet d'une ambition inattendue. Qui mieux que François Mitterrand pouvait, à travers ses propos, tracer un autoportrait aussi saisissant ? Parce que, de « Accessoire » à « Zorro », chacun des termes ici répertoriés est emprunté au président, qu'il l'ait dit ou écrit, de juin 1971, où il prend le pouvoir dans la maison socialiste, à fin 1994, avant son départ du palais de l'Elysée. Des mots s'imposent : Europe, Constitution, dissuasion, gauche (dans toutes ses composantes), de Gaulle, Jaurès, Gorbatchev, Rocard... Des thèmes sont récurrents : le temps, la religion, la vieillesse, la mort, la famille, l'argent. Plus surprenant : sa passion pour Tolstoï, sa faiblesse pour Sheila, ses émotions devant New York ou Venise, sa tendresse pour les chênes, une vie ponctuée par les mois de mai... De fidélités constantes en contradictions ou en prévisions étonnantes, combien de jugements passionnés, d'anathèmes vengeurs et de convictions réaffirmées ! Un ouvrage de référence et de réflexion indispensable.

Biographie d’Edith Boccara

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire