Votre compte

Survivance des lucioles


Dante a, autrefois, imaginé qu’au creux de l’Enfer, dans la fosse des « conseillers perfides », s’agitent les petites lumières (lucciole) des âmes mauvaises, bien loin de la grande et unique lumière (luce) promise au Paradis. Il semble bien que l’histoire moderne ait inversé ce rapport : les « conseillers perfides » s’agitent triomphalement sous les faisceaux de la grande lumière (télévisuelle, par exemple), tandis que les peuples sans pouvoir errent dans l’obscurité, telles des lucioles. Pier Paolo Pasolini a pensé ce rapport entre les puissantes lumières du pouvoir et les lueurs survivantes des contre-pouvoirs. Mais il a fini par désespérer de cette résistance dans un texte fameux de 1975 sur la disparition des lucioles. Plus récemment, Giorgio Agamben a donné les assises philosophiques de ce pessimisme politique, depuis ses textes sur la « destruction de l’expérience » jusqu’à ses analyses du « règne » et de la « gloire ». On conteste ici ce pronostic sans recours pour notre « malaise dans la culture ». Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux. On tente de suivre la leçon de Walter Benjamin, pour qui déclin n’est pas disparition. Il faut « organiser le pessimisme », disait Benjamin. Et les images – pour peu qu’elles soient rigoureusement et modestement pensées, pensées par exemple comme images-lucioles – ouvrent l’espace pour une telle résistance. Cet ouvrage est paru en 2009.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,49 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Survivance des lucioles”

Fiche technique

  • Auteur : Georges Didi-Huberman
  • Éditeur : Minuit
  • Date de parution : 19/05/16
  • EAN : 9782707337962
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 144
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Dante a, autrefois, imaginé qu’au creux de l’Enfer, dans la fosse des « conseillers perfides », s’agitent les petites lumières (lucciole) des âmes mauvaises, bien loin de la grande et unique lumière (luce) promise au Paradis. Il semble bien que l’histoire moderne ait inversé ce rapport : les « conseillers perfides » s’agitent triomphalement sous les faisceaux de la grande lumière (télévisuelle, par exemple), tandis que les peuples sans pouvoir errent dans l’obscurité, telles des lucioles. Pier Paolo Pasolini a pensé ce rapport entre les puissantes lumières du pouvoir et les lueurs survivantes des contre-pouvoirs. Mais il a fini par désespérer de cette résistance dans un texte fameux de 1975 sur la disparition des lucioles. Plus récemment, Giorgio Agamben a donné les assises philosophiques de ce pessimisme politique, depuis ses textes sur la « destruction de l’expérience » jusqu’à ses analyses du « règne » et de la « gloire ». On conteste ici ce pronostic sans recours pour notre « malaise dans la culture ». Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux. On tente de suivre la leçon de Walter Benjamin, pour qui déclin n’est pas disparition. Il faut « organiser le pessimisme », disait Benjamin. Et les images – pour peu qu’elles soient rigoureusement et modestement pensées, pensées par exemple comme images-lucioles – ouvrent l’espace pour une telle résistance. Cet ouvrage est paru en 2009.

Biographie de Georges Didi-Huberman

Georges Didi-Huberman est né en 1953 à Saint-Étienne. Historien de l’art et philosophe, il enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a publié une trentaine d’ouvrages aux Éditions de minuit.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire