Votre compte

Une petite histoire de l'alimentation française


Ancré dans la tradition française, le temps du repas est un moment de plaisir et de convivialité. Pour garantir aux consommateurs une offre diversifiée de produits de qualité, dont le niveau de performance sanitaire, environnementale et sociale est envié à l’étranger, le gouvernement français œuvre au quotidien pour une politique publique de l’alimentation. Celle-ci est basée sur une approche d’évaluation des risques, mais également sur une approche sociétale et sociologique des sujets abordés. Les décisionnaires s’appuient notamment sur les Avis du Conseil national de l’alimentation (CNA), positionné depuis 1985 comme un véritable parlement de l’alimentation. Le CNA est un lieu unique de rencontre où dialoguent associations de consommateurs, représentants des producteurs, des artisans, des industriels, des distributeurs et des restaurateurs, scientifiques, représentants de ministères (agriculture, santé, économie, écologie), etc. Œuvre collective, résultant de la participation des membres d’un groupe de concertation du CNA et du secrétariat interministériel, les 74 avis sont le résultat d’une concertation, préparent la production de textes réglementaires et nourrissent la réflexion préalable à la décision publique.

À l’occasion de son 30eanniversaire, le Conseil national de l’alimentation a interviewé les acteurs qui ont fait son histoire. Certains ont pris la plume pour engager une relecture réflexive de leur expérience. D’autres, depuis leurs disciplines, ont rédigé un bilan théorique. Organisées autour d’une frise interactive, ces réflexions croisées repèrent ce qui fait patrimoine ainsi que la contribution du CNA aux politiques et actions publiques de l’alimentation.

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Une petite histoire de l'alimentation française”

Fiche technique

Résumé

Ancré dans la tradition française, le temps du repas est un moment de plaisir et de convivialité. Pour garantir aux consommateurs une offre diversifiée de produits de qualité, dont le niveau de performance sanitaire, environnementale et sociale est envié à l’étranger, le gouvernement français œuvre au quotidien pour une politique publique de l’alimentation. Celle-ci est basée sur une approche d’évaluation des risques, mais également sur une approche sociétale et sociologique des sujets abordés. Les décisionnaires s’appuient notamment sur les Avis du Conseil national de l’alimentation (CNA), positionné depuis 1985 comme un véritable parlement de l’alimentation. Le CNA est un lieu unique de rencontre où dialoguent associations de consommateurs, représentants des producteurs, des artisans, des industriels, des distributeurs et des restaurateurs, scientifiques, représentants de ministères (agriculture, santé, économie, écologie), etc. Œuvre collective, résultant de la participation des membres d’un groupe de concertation du CNA et du secrétariat interministériel, les 74 avis sont le résultat d’une concertation, préparent la production de textes réglementaires et nourrissent la réflexion préalable à la décision publique.

À l’occasion de son 30eanniversaire, le Conseil national de l’alimentation a interviewé les acteurs qui ont fait son histoire. Certains ont pris la plume pour engager une relecture réflexive de leur expérience. D’autres, depuis leurs disciplines, ont rédigé un bilan théorique. Organisées autour d’une frise interactive, ces réflexions croisées repèrent ce qui fait patrimoine ainsi que la contribution du CNA aux politiques et actions publiques de l’alimentation.

Biographie de Véronique Bellemain

Un nouvel objet vient enrichir le champ d’investigation des sciences humaines : le « fait alimentaire ». Ce dictionnaire est le premier à exposer la diversité et la richesse de sens que cette expression recèle.
Penser l’alimentation, c’est l’inscrire naturellement au cœur des dialectiques culturelles et sociales : celles du terroir et de la mondialisation, de l’authentique et de la standardisation des denrées, du symbolique et du réel, de l’animalité et de l’humanité.
Du don à la privation, de l’aide à l’arme alimentaire, de la malnutrition à l’engraissement, de la pensée sauvage à la rationalité industrielle, de la nutri-génétique à la nutri-génomique, de l’herbivore à la vache folle, du restaurant au fast-food, du besoin au rituel... manger, c’est dépendre d’une culture.
Plus de 230 études, rédigées par 162 spécialistes d’horizons extrêmement divers, composent le menu du Dictionnaire des cultures alimentaires. Penser la transformation des conceptions nutritionnelles au miroir des connaissances acquises sur les modèles alimentaires mondiaux est le défi humaniste / humanitaire de cette entreprise collective.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire