Votre compte

Vie et opinions de Tristram Shandy


Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Laurence Sterne. En dépit du titre qui se voudrait biographique, la personne dont on parle le moins dans le roman est le héros, Tristram Shandy. Quand on est parvenu à la moitié de l'ouvrage, il est sur le point de naître, lorsqu'on le termine, il est au seuil de l'enfance. Laurence Sterne procède par bonds, interrompant son récit de digressions sur les causes de nos idées obscures, le temps psychologique, la création, l'impuissance, les enfants précoces, l'amour, l'art militaire, la société anglaise, les vêtements des anciens Romains... Des pages sont consacrées à ses impressions d'un voyage en France. "Je ne dirige pas ma plume, confesse l'auteur du "Voyage sentimental", elle me dirige." Il cite souvent Montaigne et Cervantès qui sont parmi ses auteurs préférés, imite Rabelais et, dans la peinture des caractères, Addison, mais se moque de l'érudition et ridiculise les pédants. Avec une volubilité géniale, il provoque tantôt le sourire, tantôt les larmes. C'est un sentimental, mais, fils du siècle de la galanterie, il ne recule pas devant les épisodes audacieux et les malicieux sous-entendus qui font un étrange contraste avec la profondeur de certaines réflexions. Çà et là, nous trouvons des pages entières laissées en blanc, des passages remplacés par une suite d'astérisques, des ratures, des bizarreries. Sterne est un maître de l'humour, de la fantaisie et de l'excentricité.

Ce livre est classé dans les catégories :

4,99 €
Vérifier la de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Vie et opinions de Tristram Shandy”

Fiche technique

Résumé

Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Laurence Sterne. En dépit du titre qui se voudrait biographique, la personne dont on parle le moins dans le roman est le héros, Tristram Shandy. Quand on est parvenu à la moitié de l'ouvrage, il est sur le point de naître, lorsqu'on le termine, il est au seuil de l'enfance. Laurence Sterne procède par bonds, interrompant son récit de digressions sur les causes de nos idées obscures, le temps psychologique, la création, l'impuissance, les enfants précoces, l'amour, l'art militaire, la société anglaise, les vêtements des anciens Romains... Des pages sont consacrées à ses impressions d'un voyage en France. "Je ne dirige pas ma plume, confesse l'auteur du "Voyage sentimental", elle me dirige." Il cite souvent Montaigne et Cervantès qui sont parmi ses auteurs préférés, imite Rabelais et, dans la peinture des caractères, Addison, mais se moque de l'érudition et ridiculise les pédants. Avec une volubilité géniale, il provoque tantôt le sourire, tantôt les larmes. C'est un sentimental, mais, fils du siècle de la galanterie, il ne recule pas devant les épisodes audacieux et les malicieux sous-entendus qui font un étrange contraste avec la profondeur de certaines réflexions. Çà et là, nous trouvons des pages entières laissées en blanc, des passages remplacés par une suite d'astérisques, des ratures, des bizarreries. Sterne est un maître de l'humour, de la fantaisie et de l'excentricité.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire